Il peut y avoir de la place pour ces deux types de technologies dans la plupart des entreprises.

Les bases de données SQL et NoSQL prennent en charge les informations d’une façon différente et prennent en charge différents types de « workloads ». Plutôt que de prendre la place des bases de données relationnelles, les bases de données NoSQL permettent aux entreprises de viser de nouveaux objectifs, de relever de nouveaux défis.

Il est donc important de bien savoir dans quelle situation utiliser une base de données NoSQL, et dans quelle situation il est préférable d’utiliser une base de données relationnelle. Cette décision se prend en fonction de la nature du « workload » et des données sous-jacentes. En effet, il convient d’utiliser une solution relationnelle ou NoSQL.

Enfin, les bases de données NoSQL conviennent davantage aux grands ensembles de données fréquemment exposés à de nouvelles informations, au sein desquels les enregistrements ont des structures variables pas forcément adaptées aux modèles relationnels.

Ainsi, grâce à leur flexibilité et à leur conception pour l’intégrité des données, les bases de données relationnelles constituent le principal moyen de gérer et de stocker les données. Même avec l’essor de diverses bases de données NoSQL, la compréhension du modèle relationnel reste cruciale pour tous ceux qui veulent construire des applications exploitant la puissance des données. 

Write A Comment

fr_FRFrench